Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

6 erreurs à éviter lors de la création de votre e-commerce

 29/05/2019    14:17:25
 |  Crédit Auteur. DHL
Conseils/Astuces
©DHL INTERNATIONAL

La création d’une entreprise est une étape particulièrement enthousiasmante. Participer à l’éclosion d’une structure après des mois, des années de réflexion est une sensation singulière. Cet article revient sur les 6 erreurs susceptibles d’être commises par les e-commerçants lors de la création d’entreprise

1. Faire l’impasse sur le travail préparatoire

Vous avez développé un produit exceptionnel, qui simplifie la vie de millions de personnes. Avant de dépenser une somme astronomique pour votre campagne publicitaire, le moins que vous puissiez faire est de vérifier que votre idée n’a pas déjà été inventée et implémentée sur le marché.

Elle est unique ? Très bien, mais vous devez à présent vous livrer à des recherches plus approfondies concernant vos potentiels clients : qui et où sont-ils ? La somme qu’ils seraient prêts à débourser pour votre produit, ce qu’ils utilisent actuellement à sa place, la manière dont ils sont susceptibles de percevoir votre marque et votre message, des solutions pour faire face en cas de demandes exceptionnellement élevées…

Vous avez peut-être l’intime conviction que votre produit est parfait. Votre partenaire est du même avis. Pour autant, se jeter à l’eau sur la seule base d’un instinct est peut-être la plus grosse erreur que peut commettre un entrepreneur en ligne, et l’une des principales raisons pour lesquelles jusqu’à 80 % des nouvelles entreprises échouent au cours des 18 premiers mois.


2. Supposer que les clients vont se ruer sur votre boutique

Avant toute chose, vous devez réfléchir comment générer du trafic, ce qui signifie que vous devez utiliser certains des éléments suivants ou tous ceux-ci : SEO, SEA, Mailing, Réseaux Sociaux, Affiliation, Partenariats.

Il est également important de transmettre le bon message dans le bon format correspondant à chaque canal. Il est possible que ce qui fonctionne bien sur Instagram ne trouve pas écho auprès du public de Twitter. Une approche complètement différente est sans aucun doute nécessaire pour les e-mails marketing.

Il faut ensuite transformer ce public en clients qui paient. Souvenez-vous que vos meilleurs clients sont généralement vos clients existants. Développez un programme marketing destiné à garantir la fidélité de vos clients en faisant d’eux des acheteurs satisfaits.

« Dans le domaine de la publicité, ce que vous dites importe plus que la manière dont vous le dites. » David Ogilvy


3. Ne pas choisir les bons employés

Le commerce électronique n’est pas différent de tout autre projet, les employés que vous engagez doivent être en harmonie avec les activités et la vision de l’entreprise. Lorsque l’on recrute rapidement, on atteint alors très lentement les objectifs initiaux.


4. Ne pas trouver les bons mots

En tant que propriétaire d’une entreprise de commerce électronique, la communication doit être au cœur de toutes vos activités. Tous les mots qui apparaissent sur votre site web, qui en proviennent ou qui y sont liés doivent travailler en votre faveur et contribuer à la réussite de votre entreprise.

Les e-mails doivent être persuasifs, les contenus publiés sur les réseaux sociaux attrayants et les descriptions des produits convaincantes. Accordez une attention toute particulière aux détails : vous dépendez des boutons, des légendes, des liens et des appels à l’action pour transformer les visiteurs en acheteurs. Il est également utile de réfléchir à votre nom. Un site tel que justpizzas.com peut correspondre à votre activité sur le moment, mais ce nom est susceptible de devenir un handicap si les tendances du marché s’inversent en faveur des tacos.

Vous pensez pouvoir baisser la garde sur les forums et les réseaux sociaux ? N’y comptez pas. Ce sont de véritables nids à malentendus et à catastrophes en termes de relations publiques, et nombreuses sont les tentatives d’humour ou actualités publiées par les marques sur les réseaux sociaux qui se sont massivement retournées contre celles-ci.

Sur Twitter, il peut être difficile de résister à l’envie de partager sans réfléchir, mais vous devez éviter de faire preuve d’une totale spontanéité. Prenez plutôt quelques profondes inspirations et vérifiez votre contenu deux voire trois fois avant de le publier ou de le programmer. Et même si l’époque que nous vivons vous permet d’exploiter une immense gamme de matériaux, il vaut peut-être mieux rester à l’écart de tout ce qui concerne la politique…

« Ne dites rien sur Internet que vous ne souhaiteriez pas retrouver sur un panneau d’affichage avec votre visage ou votre logo. » Erin Bury, directrice générale, Eighty-Eight.


5. Ignorer le Mobile First

Avant : les individus naviguaient peut-être depuis leurs smartphones et tablettes, mais ils faisaient leurs achats sur un ordinateur de bureau.

Maintenant : les individus naviguent et achètent avec ce qu’ils ont sous la main.

Les chiffres les plus récents montrent que les visites sur les sites web de vente au détail depuis des appareils mobiles ont pour la première fois supplantées le trafic originaire des ordinateurs de bureau, les smartphones et tablettes représentant plus de 26 % des conversions. Cette proportion n’ira qu’en augmentant ; il devient donc de plus en plus important d’optimiser votre boutique en ligne pour les appareils mobiles. Il est également essentiel de créer une expérience mobile de qualité supérieure pour vos clients. En effet, 46 % des acheteurs sur mobile sont susceptibles de quitter un site si celui-ci ne charge pas en moins de vingt secondes et 16 % ne sont même pas prêts à attendre cinq secondes avant d’aller voir ailleurs.

« Si votre stratégie n’inclut pas les appareils mobiles, alors elle n’est pas terminée ».

Wendy Clark, PDG, DDB Worldwide.

6. Ne pas reconnaître la valeur de la preuve sociale

Vous avez le choix entre deux restaurants. L’un d’eux est plein à craquer et quelques personnes font la queue en attendant d’avoir une table. L’autre établissement est désert, à l’exception de quelques employés qui font les cent pas. Quel restaurant êtes-vous le plus susceptible de choisir ?

Tel est le pouvoir de la preuve sociale. Le fait de savoir que d’autres personnes ont acheté vos produits et en sont satisfaites donne à vos nouveaux clients la confiance dont ils ont besoin pour tester vos produits par eux-mêmes. Ils peuvent trouver cette preuve n’importe où : sur votre site web, des plates-formes de commentaires laissés par des tiers, des articles de blog, Twitter… L’important étant bien sûr qu’il y ait une telle preuve à trouver. Si vous n’exploitez pas le pouvoir de la preuve sociale, vous risquez de vous détourner des 47 % de consommateurs qui regardent les commentaires lorsqu’ils visitent le site web d’une marque, et ce, avant d’ajouter quoi que ce soit à leur panier.

« Les forces sociales dominantes qui motivent notre réflexion et nos actions ne sont autres que la recherche et le besoin inconscients d’une preuve sociale. »

Dragos Bratasanu, auteur, The Pursuit of Dreams


Tous les problèmes abordés ci-dessus peuvent être résolus. Il s’agit pour la plupart de difficultés internes qui peuvent être surmontées grâce à un minimum d’efforts et d’investissements.

Articles relatifs
©DHL INTERNATIONAL

Alerte Spam : sms frauduleux

 19/08/2019    11:21:40
©DHL INTERNATIONAL
Conseils/Astuces
 19/08/2019

Alerte Spam : sms frauduleux

DHL International Express - Élu Service Client de l'année 2019
Catégorie Distribution de plis et de colis
Étude BVA Group - Viséo CI - mai à juillet 2018
Plus d'infos sur : www.escda.fr.

Notre Service Client est en conformité à la norme NF EN 15838 et répond aux règles de certification NF345.
En savoir plus

Pour informations

Oops, il y a un soucis

À votre attention…

Parfait !

×

Restez en contact !

Laissez-nous votre adresse email et soyez informé de nos meilleures offres !